Offre de lancement!
Abonnement annuel gratuit pour les 50 premières résidences inscrites!

Bilan immo luxe 08.04.2020




ArcInfo 07.02.2020 -Téléchargez l’article ou visualisez-le ci-dessous

Une plateforme neuchâteloise permet d’échanger sa résidence secondaire à la montagne

PAR PATRICK TURUVANI

Vous avez une résidence secondaire en Valais ou dans l’Oberland bernois, et vous souhaitez de temps à autre aller skier ou vous balader dans une autre région? La plateforme neuchâteloise ChaletXchange permet d’échanger son logement gratuitement avec d’autres propriétaire

C’est local, innovant, et ça éveille l’intérêt des détenteurs d’appartement ou de chalet à la montagne.

Lancée par une famille neuchâteloise, la plateforme internet ChaletXchange permet à des propriétaires de résidences secondaires d’entrer en contact avec d’autres propriétaires (ou locataires de longue durée), dans le but d’échanger leur logement gratuitement pour une durée déterminée.

Contrairement aux sites généralistes comme HomeXchange, Cécile et Edward Allan proposent des échanges ciblés sur les stations de sports d’hiver, principalement en Suisse, mais aussi en France et en Italie. Un deux-pièces à Anzère contre un studio à Villars, un duplex à Ovronnaz contre un chalet à Saas-Fee, vous avez compris l’idée.

Quand c’est trop loin ou trop cher

L’objectif est de séjourner sans frais (sauf les éventuelles taxes de séjour) dans d’autres stations que celle dans laquelle on élit «domicile» en achetant une résidence secondaire, pour découvrir de nouvelles pistes ou simplement changer d’air. 

Les personnes à qui nous en avons parlé trouvent que c’est une bonne idée.

CÉCILE ALLAN, COFONDATRICE DE CHALETXCHANGE

«Nous avons un appartement à Morgins et nous achetons chaque hiver l’abonnement de saison des Portes du Soleil, qui offre des journées gratuites dans d’autres domaines. Mais comme c’est souvent trop loin pour y aller sur une journée, ou trop cher s’il faut loger sur place, nous n’en profitons jamais», explique Cécile Allan.

20 000 francs investis

Pour élargir son horizon, la famille de Corcelles s’est tournée vers les sites d’échange immobilier existants. «Mais comme nous n’avons rien trouvé de spécifique pour la montagne, nous avons décidé de développer notre propre plateforme. Les personnes à qui nous en avons parlé, y compris dans des offices du tourisme valaisans, trouvent que c’est une bonne idée. Cela nous a encouragés dans notre démarche.»

Cécile et Edward Allan ont investi plus de 20 000 francs pour créer ChaletXchange avec l’aide d’une agence spécialisée de La Chaux-de-Fonds. Il faut débourser 120 francs par an pour être membre et faire partie du réseau. A l’occasion du lancement de la plateforme, «l’abonnement est offert aux 50 premières résidences inscrites», précise Cécile Allan.

Un complément au Magic Pass

Sept logements sont actuellement disponibles à Leysin, Villars-Gryon (2), Siviez, Haute-Nendaz, Morgins et même au Rigi. «Le problème, c’est de réussir à se faire connaître», glisse la Neuchâteloise. «Notre but est d’avoir la plus grande variété possible au niveau des stations et des dates disponibles.» 

Tout est possible à partir du moment où les membres se mettent d’accord.

CÉCILE ALLAN, COFONDATRICE DE CHALETXCHANGE

Avec l’apparition en 2017 du Magic Pass, cet abonnement ouvrant les tourniquets de plus de 30 stations de sports d’hiver de Romandie et du Haut-Valais, beaucoup de propriétaires pourraient être séduits par ce concept de troc immobilier permettant de découvrir gratuitement d’autres régions des Alpes ou de l’Arc jurassien.

Briser les réticences

Le principal écueil sera peut-être de briser la réticence des futurs membres à l’idée de prêter leur logement à des inconnus. «Nous-mêmes ne proposerions pas notre appartement en location classique», avoue Cécile Allan. «Mais dans un contexte d’échange réciproque, cela nous gêne moins. Nous sommes dans une logique de proximité, de respect et de confiance mutuelle.» 

Elle précise que l’action de ChaletXchange se limite à la mise en relation des membres du réseau. «Pour les conditions de l’échange, ils se débrouillent. On peut troquer une semaine à Noël contre une semaine à Pâques, ou un week-end de février contre quelques jours en été. Tout est possible à partir du moment où les membres se mettent d’accord.»

Arcinfo 7 février 2020, Patrick Turuvani